« La vie n’est pas courte mais le temps est compté »

Publié le Publié dans Fiche de lecture

Cette phrase de Malek Jân Ne’Mati est lourde par son sens. Elle appelle chaque être humain croyant ou non à faire de la vie une grande richesse et non à s’égarer dans des futilités et des artifices.

Le livre que nous vous proposons aujourd’hui est le seul témoignage jamais publié sur la vie d’une grande mystique. Malek Jân Ne’mati, dite « Sainte Janie », dont l’élégant mausolée tout en transparence se trouve dans le Perche, à Baillou, fut tout à la fois philosophie, savante, poétesse et musicienne.

Auteur : Leili Anvar – Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, docteur ès lettres, Leili Anvar est une spécialiste reconnue de littérature persane qu’elle enseigne à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Chercheuse en littérature persane et traductrice, elle est par ailleurs l’une des productrices des « Discussions du soir » sur France Culture et chroniqueuse pour Le Monde des religions.

Edition : Diane de Selliers

Date de parution : 2013

Caractéristiques : ouvrage de 144 pages

Genre : Biographie

Né en 1906 dans un village reculé du Kurdistan iranien et décédée en 1993 en France, elle a traversé le siècle en apparence très loin du monde et de ses fracas, dans l’ascèse, la méditation, mais aussi l’enseignement spirituel.

Pourtant, les témoignages de ceux qui l’ont connue, la lecture de son oeuvre – exclusivement manuscrite – et son enseignement oral donnent l’image d’une femme profondément concernée par l’actualité, par les questionnements philosophiques qui ont radicalement transformé les représentations traditionnelles du monde, par le sort de l’humanité en général et des femmes en particulier.

Frappée de cécité à l’adolescence, elle décide de mener une vie contemplative et ascétique. Née dans un milieu où le spirituel constitue l’essence même de la vie, elle emboîte très tôt le pas à son père, Hâji Ne’mat, figure imposante de la tradition spirituelle kurde et poète mystique, ainsi qu’à son frère Ostad Elahi, penseur spirituel hors du commun, qu’elle aimait infiniment.

L’amour, l’amour des autres, l’amour de Dieu, c’est peut-être cela qui se dégage le plus de ses œuvres. Les quelques photos qui restent de « Sainte Janie » font deviner, derrière une frêle silhouette vêtue de blanc, le rayonnement d’une femme de conviction et, au-delà de son regard perdu, une infini compassion.

Leili Anvar, auteur de ce magnifique livre, fait partie des nombreuses personnes qui ont rendu visite à Malek Jân. Leili Anvar, fille de père iranien et de mère française, est, entre autres, traductrice et spécialiste de la littérature mystique et de l’écriture féminine. Elle a travaillé notamment sur l’importance de la voix des femmes dans l’Iran et l’Afghanistan actuels. La biographie qu’elle donne ici est donc celle d’un témoin direct de l’enseignement de Malek Jân.

France2 Les chemins de la foi, 7 mars 2010
Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo

En savoir plus :

  • Entretien avec Leili Anvar : Malek Jân Ne’mati, « l’infime » passante du siècle : http://lemotetlachose.blog.lemonde.fr/2013/11/09/entretien-avec-leili-anvar-malek-jan-nemati-linfime-passante-du-siecle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.