Le Monde d’hier, souvenirs d’un Européen – Stefan Zweig

Publié le Publié dans Fiche de lecture

Cet ouvrage reste une référence. Il nous permet, à nous contemporains, de trouver des réponses aux événements historiques qui ont bouleversé la première moitié du XXe siècle. Tenter de comprendre comment des peuples ont pu basculer dans les idéologies nationalistes malgré les progrès économiques et sociaux dont ont bénéficié ces générations.

La voix de ceux qui défendaient une première vision de l’Europe n’a pas été suffisamment forte face aux idées extrémistes qui se sont glissées jusqu’aux contrées les plus lointaines d’Europe.

Zweig invite le lecteur à découvrir l’autre par le voyage, la littérature et toutes les formes d’expressions artistiques. Il appelle ses contemporains à comprendre ce passé pour un avenir humaniste, pour un échange entre les civilisations.

Mais ne sera-t-il jamais entendu ?

I – Les caractéristiques de l’ouvrage :

Titre : Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen

Auteur : Stefan Zweig

Né en 1881 à Vienne (Autriche), Stefan Zweig s’est donné la mort au Brésil le 23    février 1942. Ecrivain et journaliste, il est l’auteur de nombreuses nouvelles parmi lesquelles Le joueur d’échec, La confusion des sentiments, Amok. Biographe remarquable, il nous a laissé des portraits saisissants de Fouché, Marie-Antoinette, Montaigne et bien d’autres encore.

 

Edition : Belfond

Date de parution : 1944

Caractéristiques : ouvrage de 530 pages

II – Analyse globale :

Genre : Essai historique

Thème central :

  • Stefan Zweig nous lègue un témoignage de ce que fut l’Europe de 1885 à 1941.
  • Pour nous tous, ce livre reste une référence pour comprendre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle.
  • Il est important que les écrivains s’emparent des sujets d’actualité afin de nous amener à réfléchir, à prendre du recul. Nous pouvons citer Zweig mais aussi Zola, Balzac, Camus, Jacques Lusseyran

III – Idées principales :

Stefan Zweig nous parle de cette ville autrichienne, mais également de cette Europe où règne un immense bouillonnement culturel et intellectuel. Il nous parle de ses rencontres qui deviendront de grandes amitiés avec Rilke, Romain Rolland, Freud ou Valéry. Il nous fait vivre sa rencontre avec le sculpteur Rodin.

Cet ouvrage nous emmène aussi dans cette Europe où des hommes et des femmes vont être confrontés à des bouleversements brutaux : la Révolution Industrielle, la Première Guerre Mondiale, le bouleversement des idées, la montée du nationalisme, la montée de l’antisémitisme et  de toutes les formes de discriminations.

Pour l’auteur, avec l’arrivée d’Hitler et des nazis au pouvoir, l’Europe n’aura plus jamais le même visage. Il écrit : « J’ai été témoin de la plus effroyable défaite de la raison »

IV – Extrait…

« Il me paraît être de mon devoir de rendre témoignage de cette vie ardente, dramatique, fertile en surprises, qui aura été la nôtre, car, je le répète, chacun a été témoin de ces formidables transformations, chacun a été forcé d’être témoin. Pour notre génération il n’y a point d’évasion, point de retraite hors du réel présent ; grâce à notre nouvelle organisation du synchronisme universel, nous sommes constamment engagés dans notre époque. (…) Ce qui se passait à des milliers de milles au-delà des mers fonçait sur nous en images animées. Il n’y avait point de protection, point de sûreté contre la nécessité d’être constamment informé de tout, de participer à tout. Point de pays, où l’on put se réfugier, point de solitude et de silence que l’on pût acheter ; partout, toujours, la main du destin nous saisissait et nous ramenait dans son insatiable jeu. »

V – Livres sur le même thème

  • Et la lumière fut de Jacques Lusseyran – Edition Le Félin – Collection Résistance – Liberté – Mémoire – 2005
  • Pour les Musulmans d’Edwy Plenel – Edition la Découverte – 2014